Forum du village d'Arlington.
 
AccueilJournal de bordFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Concours d'écriture Soirée The Horror Night Show]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Concours d'écriture Soirée The Horror Night Show]   Sam 2 Mai - 21:15

A l'occasion du partenariat entre Arlington RPG, la radio Digital Station et la Bjork Family, nous vous proposons un concours d'écriture avec à la clef 1L (50 crédits Habbo) à gagner.

Pour participer c'est simple il suffit d'écrire, en dessous de ce post, une petite histoire sur le thème suivant : - Histoire d'horreur se déroulant au moins en partie dans un Motel (petit hôtel) lugubre -

Merci à nos partenaires et Bon courage !
Revenir en haut Aller en bas
Octavia Lawford
Citoyen
avatar

Messages : 30
Points d'activité : 48
Date d'inscription : 21/03/2015

MessageSujet: Re: [Concours d'écriture Soirée The Horror Night Show]   Sam 2 Mai - 21:53

L'histoire commence dans un motel miteux, situé dans un petit village perdu, au fin fond des landes. Notre héros se prénomme Stephen, et il est mort, aujourd'hui.

Il est venu dans ce village, en ce jour d'Octobre. Pour l'héberger, les villageois lui ont indiqué le motel, un motel miteux, vieux, mais néanmoins assez fonctionnel pour y passer une nuit.

Ce que personne n'avait indiqué à Stephen, c'était la réputation de ce motel.

En réalité, ce motel n'était pas très étrange, il était juste un peu vieux, et lorsque qu'on se plaçait devant, on pensait juste qu'un petit coup de peinture rectifierait toute l'apparence de ce petit endroit, et que l'apparence ne faisait rien tant que l'on pouvait y dormir.

Mais la nuit, lorsque le village s'était endormi, que les rues, le jour joyeuses, étaient devenues sombres et lugubres et que le vent soufflait violemment dans les arbres, produisant un bruit semblable aux cris d'un enfant.

La légende, chers lecteurs, je vais vous la raconter.

Il y a maintenant de très longues années, l'une des chambres de ce motel était habitée par la fille unique des propriétaires, nommée Angelique. Cette petite fille, âgée de 8 ans, collectionnait les poupées. Grandes, petites, en porcelaine, en coton, de toutes têtes et de toutes formes. Mais parmi ces dizaines et ces dizaines de poupée, une seule faisait l'objet d'une préférence. Cette poupée, Angelique jouait tous les jours avec, dans le jardin du motel. Mais un jour, un jour maudit, alors qu'il pleuvait, Angelique oublia sa poupée dans le jardin, à moitié enterrée dans la boue. Lorsque, retournée dans sa chambre, elle voulu retourner la chercher, ses parents l'en empêchèrent, l'enfermant dans sa chambre.
Ce que personne ne soupçonnait, c'était qu'Angelique était atteinte d'une folie sans nom, qui s'exprimait autrefois au travers de cette passion surdimensionnée pour les poupées.
C'est pourquoi, alors que la brume, l'orage et la pluie faisaient rage au dehors, elle entreprît d'aller récupérer ce qui lui était le plus cher. Elle noua ses draps, et voulu descendre par la fenêtre, lentement. Mais en glissant le long du drap blanc, Angelique lâcha prise. Et elle tomba. Hurlant à s'en arracher les poumons, elle criait sa douleur, alertant ses parents.

Le fait est que la dernière volonté d'Angelique, retrouver sa poupée, ne se fit jamais. Ses parents trop soucieux, étaient à son chevet, pressant le médecin du village. Ils ne savaient pas qu'en réalité, les cris étaient maintenant de rage, attisés par une folie sans nom, pure, à l'état brut et capable de vaincre la mort.

Lorsque Stephen entra dans la chambre, il sentit tout de suite qu'il n'y était pas à l'aise. Qu'il se sentait comme oppressé, comme si une autre personne prenait tout l'air de la pièce. Stephen s'assit lentement sur le lit, placé au centre de la pièce. Étrangement, il a du mal à respirer. Bientôt, ses yeux roulent en arrière, il tombe à la renverse sur le lit.
Lorsqu'il rouvre les yeux, une petite fille est face à lui. La peau pâle, presque translucide, et pourtant elle est bien là. Elle le regarde, les yeux noirs, noirs de haine. Alors que Stephen tente de bouger, il se rend compte qu'il est tétanisé. Que la peur le paralyse, à un point tel qu'il ne pouvait plus du tout bouger.

Alors, la petite éclate de rire. Un rire étrange, pervertit, mesquin, presque comme des cris inhumains, une horreur sans nom. Stephen tremble. Il tremble, et il ne peut pas faire grand chose de plus.

La petite ouvre alors lentement la bouche, dans un rictus atroce.

"- Sais-tu où est ma poupée ? ", demande-t-elle d'une voix  presque innocente, si elle ne résonnait pas plus grave, plus horrible encore.

La question se répète, encore, et encore, toujours, tel un appel lancinant. La tête lui tourne. Il tombe, s'écroulant, privé de toute joie de vivre.

A cet instant, le corps de Stephen et marqué de griffures, scarifié au bras. Pourtant, l'homme est seul, baignant dans son propre sang. Il s'est infligé cela tout seul, peut être envahi par la folie, ou bien est-ce la petite fille, qui lui a fait ça ? Toujours est-il que cette chambre, dans ce motel... Il n'en ressort que des morts.

Mes chers lecteurs, mes chers lectrices... Bienvenue à Arlington...

La vengeance arrivera toujours, même des siècles après...


Dernière édition par Elpidà le Lun 4 Mai - 11:09, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chris Hodgson
Villageois
avatar

Messages : 10
Points d'activité : 18
Date d'inscription : 21/03/2015
Age : 17
Localisation : Arlington

MessageSujet: Re: [Concours d'écriture Soirée The Horror Night Show]   Sam 2 Mai - 22:50

Elle marchait seule, dans la nuit noire sous la lune translucide. Les bruits de ses pas résonnaient sur le sol,  sa respiration était forte et saccadée. Elle sentait une présence, quelque chose qui la regardait, quelque chose ou quelqu'un. Elle avait peur de se retourner, de regarder derrière elle. Dans des moments comme celui ci, on se dit tout simplement que notre imagination nous joue des tours. Elle continuait d'avancer, d'un pas plus rapide cette fois, ses mains tremblantes, des bruits de pas se faisaient entendre mais ce n’était pas les siens. Une autre respiration que la sienne se faisait rapide et bruyante. Elle accéléra encore, n'osant toujours pas se retourner. Elle sentait cette présence derrière elle, elle savait qu'il y avait quelque chose, elle sentait son regard sur elle. Les pas se faisaient plus rapides, et son coeur se mit à battre plus fort.

Elle arriva enfin au motel, vide et miteux. Elle  entra dans sa chambre  sans même poser un regard en arrière. Elle ferma rapidement la porte à clé  et s'asseya sur le lit. La chambre était sombre, très sombre. La petite lumière de bureau n'éclairait pas toute la pièce. Un coin de la pièce en particulier était plus sombre que les autres, et cru y percevoir quelque chose,  elle plissa les yeux pour mieux y voir puis se stoppa aussitot, interrompu par trois bruits sourds «  Bam bam bam. » Les bruits venaient de la porte. Elle se figea aussitôt ne sachant quoi faire. Elle se leva et s’avança lentement vers la porte , elle regarda par le judas , ses yeux virèrent à gauche puis à droite mais elle ne vit rien. Elle se sentit rassurée, avant d'entendre à nouveau ce bruit sourd. Cette fois ci, il ne venait pas de dehors mais de derrière elle. Un petit rire se fit entendre, une odeur immonde commençait à se rependre dans la pièce. « Je suis seule, toujours seule… Seule, vraiment seule. Ils m'ont abandonnés ici…  Je ne sais pas pourquoi. C'était un soir comme celui ci… Il pleuvait, je n'aime pas la pluie. Quand il pleut papa boit beaucoup et il est méchant . Il crie. C'est toujours la même chose… Sauf ce soir la.  Maman est allongée sur le sol… Papa est assis sur le lit… Maman rampe, et s'arrête près de la porte. La ou tu te trouves. Pourquoi maman ne bouge plus maintenant ? » Ses yeux s’écarquillèrent lorsqu'elle entendit une voix grave, presque inhumaine. « Tout ce que je veux c'est que quelqu'un joue avec moi. Comme papa jouait avec maman. Dis, tu veux jouer avec moi ? TU VEUX JOUER AVEC MOI ? » un rire éclata, un rire faux, tellement faux que l'ambiance devint lugubre. La jeune femme se mit à pleurer et se mit à genoux. « Ne pleure pas, maman aussi pleurait. Papa m'a montré comment faire quand maman pleurait... » La femme se retourna enfin et s'arrêta de respirer. «  Ahahah, tu as la même expression que maman quand elle voyait papa. On va s'amuser. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erwan Day
Arrivant


Messages : 9
Points d'activité : 27
Date d'inscription : 12/07/2014

MessageSujet: Re: [Concours d'écriture Soirée The Horror Night Show]   Sam 2 Mai - 23:17

Blop.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Concours d'écriture Soirée The Horror Night Show]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Concours d'écriture Soirée The Horror Night Show]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Rocky Horror Picture Show
» Wednesday Night Raw # 60
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Une soirée à l'auberge (libre)
» You're about to board the Sue Sylvester Express ! Destination ? HORROR ▬ Full

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Arlington-Sight :: Out of Arlington :: Annonces et Divers |HRP :: Divers-
Sauter vers: